L’espérance dénuée de sens.

J’ai souvent eu envie d’être différent, de pouvoir enfin devenir celui que j’étais au fond, celui qui ne demandait qu’à s’exprimer. Seulement, parasité par des angoisses qui tournent en boucle, qui ne cessent de se montrer davantage plus agressives, mes réflexions sur moi-même n’ont souvent été que du dépit.

Plus loin, je ne vois qu’un avenir incertain et sombre, un avenir où je n’aurais pas su lutter, où mon coeur, las, n’aura pas su se battre pour se fendre même une petite place. Fatigué de cette détresse qui me poursuit, je tomberai un jour dans l’oubli.

J’ai essayé d’y croire, j’ai essayé de construire un futur à la hauteur de mes intentions. Jamais je n’aurais pu croire que la chute pouvait être aussi impitoyable et rapide, jamais je n’aurais cru que les blessures du passé allaient remonter à la surface de cette eau qui était devenue pourtant plus calme.

La disparition de la colère a causé bien plus de dégâts que je ne le pensais : elle a laissé place à un être sans mélodie.

« Il m’est devenu difficile de croire et de rêver. »